Albert Besnard

En 1883, alors qu’il séjourne à Londres, Albert Besnard soumet sa candidature pour effectuer la décoration du Hall d’Honneur de l’Ecole supérieure de pharmacie de Paris. 

Il réalise une série de 17 panneaux peints à l’huile sur toile, marouflés sur les murs. Son oeuvre se décline selon deux inspirations : la confection de remèdes, puis l’origine et l’évolution du peuplement sur Terre. Le décor est achevé en 1888.

L’atelier de Marion Boyer a entrepris les premiers travaux de rénovation de cet ensemble pictural en novembre 2016. Trois tableaux, «La Formation Terrestre», «L’Elephant Préhistorique» et «L’Apparition des Animaux» ont ainsi été restaurés.

Film sur la restauration des peintures d’Albert Besnard par l’atelier de Marion Boyer.

Faculté de Pharmacie de Paris, 2017.

© Faculté de Pharmacie de Paris

Albert Besnard est né à Paris le 2 juin 1849. Entré à l’École des Beaux-Arts en 1866, il intègre l’atelier d’Alexandre Cabanel. 

Jean-François Brémond (1807 – 1868), peintre d’histoire, devient le maître d’Albert Besnard. Ses paysages et portraits sont enrichis par les divers voyages qu’il effectue à l’étranger, notamment en Italie, au Maghreb et en Inde. 

Quelques dates

1868 : Deux oeuvres d’Albert Besnard sont exposées au Salon, où il attire l’attention de différents critiques d’art et reçoit des commandes de portraits.

1874 : Il obtient le Grand Prix de Rome, avec le tableau « La mort de Timophane, tyran de Corinthe » (Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts). 

1875 – 1878 : Il fréquente la haute société romaine et fait la connaissance de la sculptrice Charlotte Gabrielle Dubray, qu’il épouse l’année suivante.

1880 – 1900 : Il réalise la décoration de divers monuments parisiens : la coupole du Petit-Palais, l’Hôtel de Ville, le hall d’Honneur de l’École de Pharmacie, l’amphithéâtre de chimie de la Sorbonne, le plafond de la Comédie Française.

1886 : Albert Besnard fait scandale au Salon des Artistes Français en exposant le « Portrait de Madame Roger Jourdain » (musée d’Orsay), dont les éclairages artificiels et jeux de reflet sont jugés osés selon ses contemporains.

1913 – 1921 : Albert Besnard est directeur de la Villa Médicis à Rome.

1922 – 1932 : Le peintre est directeur de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

1934 : Albert Besnard meurt et des funérailles nationales sont organisées.

 

 Albert Besnard à la Faculté de Pharmacie de Paris 

Alors qu’il séjourne à Londres, Albert Besnard soumet sa candidature pour effectuer la décoration du hall d’Honneur de l’École de Pharmacie de Paris en 1883. Il réalise en premier lieu un ensemble d’esquisses en diptyque conservé au musée d’Orsay. L’oeuvre finale correspond à une série de dix-sept panneaux peints à l’huile sur toile, marouflés sur les murs. 

Son oeuvre se décline selon deux inspirations : la confection de remède, puis l’origine et l’évolution du peuplement sur Terre. Le décor est achevé en 1888 et attire de nombreux visiteurs. Ce programme décoratif était à l’origine agrémenté d’une série de vitraux à motifs animaliers, qui restèrent à l’état de projet. 

À lire aussi

Un côlon géant à la Faculté de Pharmacie de Paris

Un côlon géant à la Faculté de Pharmacie de Paris

Pour sensibiliser les futurs pharmaciens sur l’importance du dépistage du cancer colorectal, la Ligue contre le cancer organise le « Côlon Tour » dans 16 facultés de pharmacie de France. L'association étudiante CEPP a organisé la venue d'un côlon géant à...